Conference Internationale sur la tuberculose

26 May 2011

44th Union World Conference on Lung Health (http://theunion.org/index.php/en/conferences/world-conferences/item/2011-44th-uni...


Lire la suite...

DEPISTAGE

26 May 2011

  L’objectif prioritaire du dépistage est d’identifier les tuberculeux pulmonaires à microscopie positive (TPM+) qui sont ac...


Lire la suite...

Marche de sensibilisation contre la tuberculose

26 May 2011

La Marche de sensibilisation contre la tuberculose a permis de diffuser des messages essentiels.


Lire la suite...

Limbé 2013

26 May 2011

 


Lire la suite...

LA TUBERCULOSE DE L’ENFANT

26 May 2011

  Les cas de tuberculose infantile représentent entre 5 et 15% du total des cas de tuberculose.  La source de transmission à...


Lire la suite...

Kribi 2012

26 May 2011

 


Lire la suite...

GENERALITES SUR LA TUBERCULOSE

26 May 2011

QUEL EST L’AGENT RESPONSABLE ? La tuberculose est une maladie infectieuse et contagieuse causée presque toujours par Mycobac...


Lire la suite...

La Tuberculose

26 May 2011

La tuberculose, quel genre de bactérie ?            La classification des bactéries se fait selon les critères spécifiques s...


Lire la suite...

TUBERCULOSE ET VIH/SIDA

26 May 2011

  La tuberculose est la maladie opportuniste la plus fréquemment observée chez les patients infectés par le VIH vivant dans ...


Lire la suite...
123456789

Actualités et évènements

September 18, 2016

EPICAM : Mise en place d'un réseau de surveillance de la tuberculose au CAMEROUN

EPICAM est un projet de 2 ans, débuté en 2013, coordonné par MEDES dont les partenaires locaux sont : L’Université de Yaoundé (UMMISCO-LIRIMA) Le Ministère de la Santé Publique (PNLT) Centre Pasteur du Cameroun OBJECTIFS EPICAM vise à améliorer le système de…
September 18, 2016

Expand-TB Cameroun

Améliorer la détection et la prise en charge des patients TB-MDR • le control de MDR-TB par l’élargissement et l’accélération de l’accès à des nouvelles technologies de diagnostique • S’assurer que ces outils sont correctement intégrés dans les programmes de…
September 18, 2016

Situation épidémiologique de la tuberculose au Cameroun

1.1. Dépistage de la tuberculose Le fardeau de la tuberculose peut être mesuré en termes d’incidence (nombrede nouveaux cas de TB et de rechutes pendant une période déterminée), de prévalence (nombre de cas de TB à un moment déterminé) et de mortalité (nombre…

Rapport L’Union, N°20, avril 2014, PNLT

Sep 18, 2016 719
Le Cameroun fait partie des pays pour lesquels le Fonds Mondial (FM) demande que la Note…

Forces, faiblesses, opportunités et menaces

Sep 18, 2016 1659
MPACT Forces Faiblesses Opportunités Menaces Impact de la TB - Tendance en baisse des…

Cérémonie de remise de véhicules pour la lutte contre la…

Sep 18, 2016 605
André Mama Fouda a reçu lundi dernier un don du Fonds mondial pour renforcer la lutte…

 

Les cas de tuberculose infantile représentent entre 5 et 15% du total des cas de tuberculose.

 La source de transmission à un enfant est en général un adulte (habituellement un membre de la famille) atteint d’une TPM+ (cas index). Ce cas doit être recherché activement. Les enfants présentent rarement une TPM+ et sont donc rarement contagieux.  

 Le problème posé par la tuberculose de l’enfant est celui du diagnostic, la preuve bactériologique faisant souvent défaut. C’est pour cela qu’en l’absence de preuve bactériologique (85% des cas de tuberculose de l’enfant), il est nécessaire d’attacher une attention particulière aux autres critères diagnostiques : notion de contage, signes cliniques, test cutané tuberculinique et images radiologiques évocatrices.

 

1.    LES ASPECTS CLINIQUES DE LA TUBERCULOSE DE L’ENFANT

1.1.   La primo-infection latente

Elle est en fait la plus fréquente éventualité (90%). Elle est définie en situation de contage tuberculeux, par une réaction tuberculinique positive en l’absence de signes cliniques et /ou radiologiques évocateurs d’une tuberculose.

1.2.   La tuberculose maladie

Primo-infection patente intra-thoracique

Elle se manifeste habituellement par des signes banals et non spécifiques qui peuvent englober la fièvre, la perte de poids, la toux persistante de plus de 2 semaines, les sueurs nocturnes, les frissons et le fléchissement scolaire ou baisse de l’activité. Plus rarement, elle peut être révélée par des manifestations extra-respiratoires pouvant accompagner l’infection tuberculeuse : érythème noueux et kérato-conjonctivite phlycténulaire.

Exceptionnellement elle peut simuler une fièvre typhoïde (typho-bacillose) avec fièvre  en plateau à 39°- 40°, isolée avec une langue propre en cas de terrain particulier de malnutrition sévère ou de déficit immunitaire.

Primo-infection patente extra-thoracique

Les manifestations cliniques sont générales et locales (en fonction du site corporel affecté). Il peut s’agir de :

-          Méningites et méningo-miliaires tuberculeuses qui mettent en jeu le pronostic vital et se voient surtout chez le petit enfant ;

-          Tuberculose des séreuses : pleurale, péritonéale, péricardique ;

-          Tuberculose ganglionnaire superficielle ;

-          Tuberculose ostéo-articulaire ou osseuse des membres, tuberculose du rachis (mal de Pott) ;

-          Tuberculose rénale et autres localisations (exceptionnelles chez l ‘enfant).

2.    LE DIAGNOSTIC

2.1.   L’intradermo-réaction à la tuberculine (IDR)

L’IDR à la tuberculine constitue le seul critère diagnostique de l’infection tuberculeuse de l’enfant. Ce test doit donc être réalisé et mesuré par une personne bien entraînée à cet effet. La pratique de celui-ci doit être rigoureuse et l’interprétation des résultats doit se faire en fonction de la vaccination par le BCG. Le résultat doit être lu après 72 heures en mesurant le diamètre de l’induration et non celui de l’érythème (voir annexe 2).

L’IDR est positive dans les cas suivants :

-          Induration égale ou supérieure à 10 mm en cas d’absence de cicatrice du BCG ;

-          Induration égale ou supérieure à 15 mm en cas de présence d’une cicatrice de BCG.

-          Induration égale ou supérieure à 5 mm de diamètre chez les PVVIH et les enfants atteints de malnutrition.

2.2.    L’examen radiologique

La radiographie thoracique occupe une place primordiale dans le diagnostic de la tuberculose intra-thoracique de l’enfant car elle permet d’objectiver des images évocatrices. C’est pourquoi il est nécessaire de pratiquer une radiographie de bonne qualité de face et de profil  qui pourra montrer :

-          Une image de primo-infection patente :

o   Simple avec adénopathie médiastinale le plus souvent hilaire et unilatérale ;

o   Parfois un complexe primaire avec son chancred’inoculation, et son adénopathie médiastinale satellite ;

o   Parfois aussi une adénopathie compliquée d’un trouble de ventilation se manifestant par une opacité segmentaire ou lobaire et pouvant évoluer vers une atélectasie.

-          Une tuberculose pulmonaire commune  excavée ou non qui peut être retrouvée à tout âge, même chez le nourrisson  et qui revêt les mêmes images que celles de la tuberculose pulmonaire de l’adulte ;

-          Une miliaire aiguë tuberculeuse, plus fréquente chez l‘enfant de moins de 5 ans, parfois associée à une méningite ; 

-          Une tuberculose pleurale isolée ou associée à une atteinte médiastinale (adénopathie, péricardite) ou pulmonaire.

 

2.3.   L’examen bactériologique

Contrairement aux adultes où l’examen au microscope des frottis d’expectoration est en pratique le «test clef» pour la tuberculose pulmonaire, chez l’enfant ce test n’existe pas. La tuberculose de l’enfant est une maladie générale pouvant apparaître dans n‘importe quelle partie du corps. En outre les enfants de moins de 10 ans atteints de tuberculose intra-thoracique rejettent rarement leurs expectorations, en général ils les avalent.

 L’aspiration gastrique ou l’écouvillonnage du larynx ne sont utiles que s’il existe des équipements permettant la mise en culture de M. tuberculosis. La tuberculose chez l’enfant fait donc presque toujours l’objet d’un diagnostic de présomption. Cela signifie que la confirmation bactériologique n’est habituellement pas possible sauf chez le grand enfant capable d’expectorer. On retrouve pour les enfants, la situation des adultes présentant une tuberculose pulmonaire à microscopie négative ou une tuberculose extra-pulmonaire.

 Note pratique :       Signes évocateurs de la tuberculose infantile

 En cas de suspicion de tuberculose infantile, rechercher les  indices importants suivants :

 

i)              Identification possible d’un contaminateur (TPM+dans l’entourage proche de l’enfant) en général ;

ii)             Croissance insuffisante (ralentissement de la croissance) ou perte de poids ou gain de poids insuffisant pour l’âge.

La tuberculose est moins probable en l’absence de ces  signes.

 Le diagnostic de TB chez l’enfant repose sur l’analyse d’un ensemble d’éléments, à savoir la clinique, la RX, la notion de contage et l’IDR si disponible.

3.    SYSTEME DE NOTATION POUR LE DIAGNOSTIC DE LA TUBERCULOSE CHEZ L’ENFANT

 Le système de notation est un moyen d’améliorer le diagnostic de la tuberculose infantile. Il repose sur le recueil soigneux et systématique des données en vue du diagnostic et contribue à guider le jugement clinique lorsqu’on ne dispose pas des moyens d’investigation adéquats. Lorsque le nombre de points dépasse un certain seuil, il indique une forte probabilité de tuberculose. 

 Le tableau ci-dessous expose une feuille de notation (adaptée de Crofton, Horne et Miller) destiné au diagnostic de la tuberculose infantile. Un nombre de points supérieur à 7 indique une forte probabilité de la tuberculose.